samedi 17 avril 2010

"Depuis 20 ans je fais presque toujours la même photo.1 photo de mode, 1 robe, 1 femme, ou plutot 1 femme, 1 robe. Dedans- dehors-debout-assise-plus prés- plus loin- à l'ombre ou au soleil- l'ete - l'hiver-peu importe.
Je photographie le privilège- l'évanescence- l'improbable ou la beauté- j'y cherche l'émotion et la quête en est d'autant plus désespérante.
Souvent j'envie ceux qui savent photographier la vie. Moi je la fuis - je pars de rien- je ne témoigne de rien- j'invente une histoire que je ne raconte pas, j'imagine une situation qui n'existe pas- je crée un lieu ou j'en efface un autre, je déplace la lumiere- je déréalise et puis j'essaie...
Je guette ce que je n'ai pas prévu, j'attends de reconnaître ce que j'ai oublié- je défais ce que je construit- j'espère le hasard et je souhaite plus que tout etre touchée en même temps que je vise.
Alors je tourne autour du modèle- je regarde a n'en plus finir- de face, de profil, de dos, à l'envers...En pied- sans pied- je change les angles, je triche les perspectives- je brouille les pistes- je ne sais plus quoi faire je ne sais plus rien- autour de moi le vide. Le modèle n'a qu 'une place- je cherche la mienne- je ne la trouve pas, ils attendent- je ne veux plus être la. Je continue- je m'accroche aux lignes, à la courbe de la nuque- aux plis de la robe- au geste de la main- au mouvement des hanches. Le modèle bouge lentement- elle propose - elle essaie de comprendre ce que je ne peux pas expliquer, elle essaie de jouer un rôle que je ne connais pas- je m'entend lui dire - non - non - ne fais rien. Alors de nouveau elle attend . Le regard fixé sur moi - elle voit ma panique - je culpabilise de la décourager. Je déclenche - je dis c'est bien...Je fais semblant une fois, deux fois, trente-six fois... j'espere et je recommence. Le jour baisse. La lumière change. Je perds confiance. Je ne veux plus jamais faire de photos - mais je continue et puis soudain - pas toujours mais quelquefois - quelque chose se passe - quelque chose a changé - je ne sais jamais pourquoi, ou bien je suis au bon endroit au bon moment - ou bien seulement j'y crois- quelquefois je vois une fraction de seconde - comme une étincelle la beauté ou l'insolite - ou la différence ou seulement la surprise. Je ne sais pas- tout va subitement très vite dans toute cette lenteur et je suis emportée et enfin- j'aime ce que je vois et je ne peux plus m'arrêter de l'avoir trouvé et de le reperdre et de nouveau tout au long de la journée je continue puisque cela a existé. "

Sarah Moon - Extrait de" Vrais Semblants"

7 commentaires:

Xavier R. a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Xavier R. a dit…

.
"Ils affirment que la création artistique doit refléter la vie, et ainsi de suite... C'est absurde ! L'écrivain, le poète, crée lui-même la vie, et une vie telle qu'elle n'a jamais existé avant lui..."

Fedor Dostoïevski cité par Andrei Tarkovski dans "Le Temps scellé"
.

Lucille a dit…

Tu as vu le livres en 4 tomes qui lui est consacré ? un bijou !
Ce passage te ressemble bien.
bisou petite

magali a dit…

magnifique!
je m'y retrouve aussi,
j'tembrasse fort

magali

Gwenaelle a dit…

Putain c'est ouf copine jusqu'à la fin je pensais que tu avais écris ce texte !! Il est magnifique !!
ça te ressemble tellement !! très touchant !!
tes nouvelles photos sont encore une fois très belle !!!
du bisou

Gwenita a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Gwenaelle a dit…

roh je fais n'importe quoi, une vraie handicapée du clavier, j'avais pas vu que le premier message avait été publié et bah tu l'auras en double ou presque ;) !